Simplifier | L'édito de Patrick Libbrecht

Simplifier

Simplifier

Les autorités Françaises ont considéré qu’Omicron, moins risqué que les variants Covid précédents, ne justifiait pas de mesures draconiennes en ce début d’année, mais elles n’ont pu s’empêcher de produire un large éventail de règles contraignantes qui s’ajoutent bien évidemment à toutes celles publiées en 2021.

On ferme les boîtes de nuit, on limite l’accès aux cafés, aux commerçants, aux rassemblements, on classe la populationmais comme il faut protéger l’économie ; s’entasser dans le métro ou les trains de banlieue pour aller travailler ne pose apparemment aucun problème !

La période que nous traversons actuellement entraîne un excès de zèle technocratique et autoritaire sans précédent.

Tout cela ne fait que se rajouter à une « machine administrative, normative, hors de contrôle, jamais rassasiée publiant toujours plus de nouveaux textes ».

Toujours plus de lois, qui se multiplient à l’infini avec toujours plus d’amendements et d’exceptions !

Le mal Français !

Nous vivons dans une insécurité juridique et administrative permanente, doublée d’une fiscalité confiscatoire qui entraînent un rapport anxiogène entre la population et l’État qui s’est accru fortement ces dernières années en raison de l’épidémie. Cela a des conséquences directes sur l’investissement, le moral de la population ou l’implication des entrepreneurs.

Un entrepreneur, un créateur, quel qu’il soit, a besoin de confiance, de temps, pour construire son entreprise, développer son chiffre d’affaires et être rassuré quant à ses devoirs face aux administrations.

Malheureusement nous sommes dans un pays où la norme passe avant l’initiative, où le mille-feuille réglementaire effraie et ralentit tant de créateurs d’entreprise.

Plusieurs candidats à l’élection présidentielle prochaine, ont abordé ces thèmes et prônent une baisse des impôts, principalement de production et de nombreuses simplifications administratives.

Quelles bonnes idées !

L’important dans notre pays serait de faire en sorte que la chaîne des coûts soit attractive, les procédures simplifiées, l’Administration plutôt un appui qu’une contrainte.

A l’ISSEP, nous formons une génération de futurs responsables économiques, politiques, associatifs et nous leur apprenons au-delà d’une culture large, à s’organiser, à développer leur autonomie, à vivre dans des environnements toujours plus différents et difficiles, afin de leur donner le maximum de chance dans leur vie future.

Mais pour qu’ils puissent pleinement s’investir dans leurs futures activités et s’impliquer dans de nouveaux projets, encore faut-il que les conditions de leur environnement professionnel soient incitatives !

Espérons que certaines de ces mesures « économiques et/ou administratives » pratiques et structurantes proposées par plusieurs candidats à l’élection présidentielle, puissent se concrétiser réellement et rapidement à l’avenir afin de libérer des nouvelles énergies créatives et ambitieuses, indispensables pour créer de la valeur dans notre pays et de l’emploi.

 

Patrick LIBBRECHT

Président honoraire de l’ISSEP

patrick.libbrecht@issep.fr

Journée portes ouvertes à l'ISSEP !