Liberté d'inexpression - critique littéraire ISSEP

Critique littéraire – Liberté d’inexpression

Critique littéraire – Liberté d’inexpression

Actualité du suspect

Les attaques contre la libre expression des individus ne semblent provoquer que des réactions sporadiques et inconstantes dans l’intelligentsia française et chez nos politiciens. Pourtant, elles sont quotidiennes. Anne Sophie Chazaud entend bien disséquer les formes contemporaines de la censure en France avec son dernier ouvrage :

Liberté d’inexpression. Censures de pièces de théâtre classiques, attentats islamiques au nom de l’interdiction du blasphème, multiplication de lois et propositions de lois liberticides visant à museler l’opinion, politiquement correct et tyrannie des minorités : tout est passé au crible.

L’ouvrage vise en effet à démontrer que la censure a changé de visage. Premièrement, elle n’est plus aujourd’hui le monopole de l’État mais est également appliquée par une multitude d’acteurs idéologisés et violents. L’exemple le plus marquant de ce foisonnement de revendications liberticides est la multitude d’attentats islamiques ayant frappé la France depuis dix ans. Par ailleurs, selon l’auteur, « la question de l’intolérance aux caricatures est ici fondamentale en ce qu’elle résume à elle seule l’ensemble des problématiques qui se posent à la liberté d’expression contemporaine : inaptitude au second degré, […] pudibonderie moralisante ».

Plus qu’une froide analyse des cas d’attaques de l’expression, l’auteur présente de profondes réflexions sur les différentes formes de pensée, d’expression et de représentation en Occident, étayées d’exemples historiques et actuels pertinents, qui mettent en évidence la large compréhension du sujet et de ses enjeux sociaux par l’auteur. Le livre se veut également une généalogie de la censure et replace dans l’épisode révolutionnaire la naissance du tempérament liberticide de nos gouvernements. Il s’agirait d’une certaine persistance de l’esprit de la loi des suspects dans les consciences et d’une interprétation pernicieuse de la Déclaration des Droits de l’Homme. La liste des ennemis publics est donc sans cesse élargie, vouant les citoyens indisciplinés à l’anathème ou à l’emprisonnement. Tout cela est le signe d’un régime à bout de souffle, contesté, qui opprime son peuple afin de conserver les derniers reliquats de son système de gouvernance. Liberté d’inexpression est une lecture actuelle et impérative.

 

■ Par ARMAND MAZEAU, étudiant en Bac+4 à l’ISSEP

Anne-Sophie Chazaud, Liberté d’inexpression : Nouvelles formes de la censure contemporaine, L’Artilleur, 2020, 224 pages, 18 €.

Vous avez aimé ? Partagez l'article sur vos réseaux sociaux ↓
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur email